Nous nous devons d’attirer une nouvelle fois votre attention sur un sujet sensible et pour lequel nous vous demandons de réagir.

En effet un futur projet d’Arrêté préfectoral portant ouverture de la pêche au chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne entre le 1er décembre 2019 et le 31 janvier 2020.

Cet arrêté mettra en péril la ressource halieutique.

Il faut savoir que cette période est celle du frai pour le bar entre autres, et que cette zone est reconnue comme le site « Bio » par excellence.

Nous avons bien entendu envoyé un message que vous trouverez en ci-après et pièce jointe, contestant cet arrêté sur le site de la DIRM SA.

Ci-dessous le lien pour prendre connaissance des divers documents et pour réagir en toute connaissance de cause.

http://www.dirm.sud-atlantique.developpement-durable.gouv.fr/consultations-publiques-reglementation-des-peches-r363.html?fbclid=IwAR2ufkQOwjY5gNhbJJrmTothAqZuCrpscUFHDOS8ggXuSh2bAhWfjHevxVk

Nous comptons sur vous pour donner votre avis et faire annuler cette décision.

N’hésitez pas à diffuser cette information au plus grand nombre.

 

Réponse de la FFPM :

Une nouvelle concertation publique est lancée et encore une fois elle va à l’encontre de ce pour quoi nous nous battons, LA PRÉSERVATION DE LA RESSOURCE

Il semble aberrant qu’à longueur de journée des personnes publiques prônent le respect de l’espèce, le respect de la biodiversité, les règles fondamentales et rigoureuses pour la pêche qu’elle soit professionnelle ou de loisir, et voilà que pour des raisons très troubles une autorisation est demandée pour que des chaluts pélagiques puissent pêcher pendant une période de frai, sur le plateau de Rochebonne  reconnue comme zone remarquable par la qualité du milieu marin et sa forte productivité biologique et qui est un site de forte productivité primaire.

De nombreuses espèces sont présentes dans le secteur, comme le globicéphale noir, le dauphin commun, le grand dauphin, le marsouin commun, les pétrels, les requins pèlerin, il est également un lieu privilégié comme frayère pour le bar, ainsi que pour la reproduction de la langoustine.

(Sources : Préfecture Maritime Atlantique, DREAL Poitou-Charentes, Préfecture de Charente-Maritime, Préfecture de Vendée).  

Une bonne qualité des eaux, une limpidité importante (jusqu’à 40m), une richesse faunistique et floristique exceptionnelle,… C’est le site « Bio » par excellence

Mais tout cela est balayé pour une question de Lobby, comment pouvons-nous accepter qu’une période interdite pour la pêche, qu’une zone protégée soient, de cette façon, bafouées pour répondre à la bassesse de l’appel de l’argent.

Les plaisanciers sont sans arrêt montrés du doigt car il semblerait qu’ils vident la mer !!!

Mais que dire de ces autorisations données à tort et à travers pour ne pas froisser certains professionnels !!

Car le chalutage n’est qu’un exemple des différences faites entre les catégories de pêcheurs.

CELA SUFFIT NOUS NOUS ÉLEVONS CONTRE CETTE AUTORISATION ET LA REFUSONS.

Fédération Française des Pêcheurs en Mer (FFPM)